Greenie and the City



Le sac poubelle à la Louis Vuitton

Après le sac Barbès en 2007, le sac poubelle s’invite chez Louis Vuitton dans la collection Printemps/été 2010

Ah, la mode!

Ce que j’aime dans la mode, c’est son côté créatif. Avec pour point de départ un petit rien -un mot, une icône, une année, une couleur, …- le créateur peut partir dans des délires créatifs et proposer des vêtements, sacs, bijoux absolument fantastiques. J’aime aussi l’idée que la mode est un éternel recommencement et qu’on fait du neuf avec du vieux. Ouverte à l’art abstrait et toujours prête à force d’analyse à trouver des explications, j’avoue que la besace Raindrop de Marc Jacobs pour Louis Vuitton, issue de la collection printemps/été 2010 me laisse pantoise.

Marc Jacobs, un brin de provocation qui ne laisse personne indifférent

On aime ou on déteste. J’aime. Mais la besace Raindrop, a ce je ne sais quoi de … Non, je… Même si la toile de la besace est enduite et assortie d’une lanière en cuir amovible, selon le savoir-faire de la marque bien entendu, etc., etc., cela reste tout de même très très inspiré de notre cher sac poubelle. Le sac poubelle, cet accessoire de notre quotidien, n’ayant qu’une fonction utilitaire, est vendu à un prix abordable (environ 4 euros les 25 sacs de 20L, 100% compostable, 100% biodégradable). Marc Jacobs et Louis Vuitton, parce que ce sac poubelle, pardon cette besace est enduite et assortie d’une lanière en cuir amovible, le tout réalisé selon le savoir-faire de la marque, la propose à 1200 euros. Euh… Je sais que sa fonction ne sera pas la même que notre usuel sac poubelle, mais tout de même, cela m’interpelle…

Cabas Barbès: « le sac Vuitton des immigrés »

Je suis ouverte d’esprit, la preuve, en 2007, quand Marc Jacobs, pour Louis Vuitton, le représentant du chic à la française, a donné ses lettres de noblesse au fameux cabas Barbès, j’ai été ravie de l’hommage du luxe à la France de l’autre côté. En effet, aussi loin que je me souvienne j’ai toujours entendu les gens dire du cabas Barbès, avec plus ou moins de mépris ou de tendresse, qu’il est « le sac Vuitton des immigrés« . Vendu entre 50 centimes et 2 euros, proposé en 3 coloris et 3 formats, boulevard Rochechouart, ce sac est inusable. Un investissement à vie (ou presque)! Le must have pour qui veut emmener toute sa maison dans la soute à bagages de compagnies aériennes limitant à 30kg le chargement par passager. Comme le raconte très bien Alice Diop sur Arte dans le cadre de l’émission Karambolage du 28 mars 2010, pour beaucoup ce sac était synonyme de honte. « Pour moi, c’était le cabas du pauvre, celui de l’immigré, un sac qui me renvoyait constamment à mon origine sociale. ». Voilà pourquoi, j’ai apprécié, à l’époque, l’hommage créatif bien qu’onéreux (1200 euros) de la maison Vuitton.

En réfléchissant bien

Tout de même, quelle audace et surtout, quel humour Marc Jacobs! Quand il ne détourne pas les codes du luxe en commençant un défilé par la fin, il réussit a crée « un pont entre art et mode » (merci Brown de Paperblog pour l’expression salvatrice et les photos), d’où le prix du sac poubelle, pardon, la besace: 1200 euros!!!

Attention de ne pas la donner aux éboueurs, par erreur!!

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :